Histoire de Rancy

Plan de Rancy

Rancy

Nom de village qui demeure avec bien des questions

Plan de Rancy

Est-ce un diminutif des lieux-dits, suite à l’occupation romaine antique et où les soldats méritants juxtaposaient leurs noms avec la terminaison Y à un territoire qui leur était attribué ? Est-ce le fait que dans le massacre et incendie du 17ème siècle, le qualificatif de roussi, puis de rancy à été donné aux lieux détruits ? Le peu d’archives fiables n’apportent pas de grandes précisions.

Ce qui est certain, Rancy fût naguère un petit bourg et une petite paroisse, groupé autour d’un manoir seigneural situés entre les villages de Bantanges et Jouvençon sur cette route qui s’appelle actuellement la route des romains (le chemin du bas pour les anciens ). Route qui était depuis les très anciens temps la voie de communication qui longeait la vallée de la Seille côté est.

Eglise de Rancy

Beaucoup de seigneurs et chevaliers se sont disputé l’héritage du domaine de Rancy et de ses environs aux cours des siècles. Ci dessous en résumé les derniers en date des propriétaires de Rancy.

L’épisode relaté par tous les historiens sur Rancy est sans nul doute celui des événements de la Fronde. Rancy est entièrement pillé le 26 février 1653 par Jean Batiste Prisque de la Tour-Serville et Pouffier de Longepierre qui, rebelles au roi, ravagent le pays à la tête de 500 hommes. Courtépée raconte que le seigneur de Rancy, Charles de Thoisy, perdit plus de 50’000 écus.

Il ajoute que le curé de Rancy a consigné sur une page de son missel « le désastre a été grand qu’il n’a rien sauvé de son petit fait ». Molaise et Cuisery subissent le même sort. C’est à la suite de ces événements que Charles de Thoisy et son épouse Claudine Thorel partent s’établir à Joudes, après avoir vendu à Jacques de Berbis la seigneurerie de Rancy.

Le 11 août 1666, Jacques de Berbis, conseiller au parlement a repris le fief des seigneureries de Rancy, Molaise et port de Chevreuil (devenu Chevreux puis Chevrut au 19ème siècle et Chevreuse vers 1930). Il les avaient acquisent pour le prix de 90’000 livres et 100 Louis d’or de chaine par contrat du 22 avril 1666 par Maître Maufon, notaire à Dijon. Son blason est d’azur au chevron d’or, accompagné en point d’une brebis d’argent (en lien avec l’origine de son nom).

Eglise de Rancy

Benigne Berbis de Rancy est décédée en 1774. Son héritier Nicolas – Philippe Berbis, seigneur de Longecourt, à repris le fief et les terres avec en plus Molaise et Romain, hameaux de Huilly. Une de ses filles a épousé un De-Saint-Seine dont la famille a fait construire le château de Molaise. A la fin du 19ème siècle, les De-Saint-Seine ont quitté Huilly pour Longecours (21). Les nouveaux propriétaires sont le baron De La Serve pour Huilly alors que Mr Mazoyer devenu maire par la suite (arrière-arrière grand-père de Delphine adjointe à la mairie), exploitant agricole a acheté certaines parcelles du bas de Rancy. D’autres acheteurs dont la commune ont achetés les autres terrains.

Puis avec l’ouverture de la nouvelle route (sous Napoléon 1er) qui est la ligne routière Louhans / Cuisery actuelle, le bourg et le village de Rancy se sont tranférés sur cet axe, dans la configuration géographique de notre commune aujourd’hui.

Musée de la chaise de Rancy

Si Rancy a été longtemps un modeste village d’agriculteurs, le formidable essor, que fût avec la sédentarisation de quelques compagnons tourneurs-chaisiers, la fabrication, puis l’industrie de la chaise, à partir du 19ème siècle, avec également toutes les entreprises commerçantes de service qui se créèrent dans cette même période, ont donné à la commune son renom de la capitale de la chaise, et de pôle économique dans la région.

A présent, malheureusement bien des ateliers se sont arrêtés faute de successeurs et de repreneurs, et la dure et impitoyable concurrence mondiale ont fait que cette activité s’est pratiquement perdue. Toute la spécificité du travail de la chaise se trouve maintenant mis en valeur et en mémoire à l’écomusée de la chaise et des pailleuses. Ecomusée qui est actuellement fermé en attendant son transfert au moulin de Montjay.

Mais Rancy malgré cette difficile période commerciale n’est pas abattue, ni KO puisqu’actuellement sont en activité une trentaine d’entreprises et micro-entreprises, un commerce et deux exploitations agricoles, un groupe scolaire de 3 classes, une agence postale, une dizaine d’associations soutenues par des bénévoles dévoués et assidus, ceci pour une population de 560 habitants sur 576 Ha.

Le nom des habitants de Rancy seraient les « Rancéens & Rancéennes »